« Tu étais habillé comment ? »

Alala … cette phrase, cette toute petite phrase … Un verdict de coupable sous forme de petite question anodine.

Je pense que chaque femme ayant été agressé sexuellement a entendu cette phrase au moins une fois en essayant de se confier à un proche, ou même lors du dépôt de plainte.

 

J’y ai eu personnellement droit.

Un jour, alors que je rentrais chez moi à pied, un homme en voiture est passé à côté de moi tout doucement, et m’a regardé de bas en haut en prenant bien son temps.
Il me dépasse puis se met sur le bas-côté quelques mètres devant moi.
Ayant remarqué son petit « jeu » (en tout cas lui doit le prendre comme un jeu j’imagine…), je continue ma route sans le regarder tout en essayant de passer le plus loin possible de sa voiture.
Une fois passée devant lui, il redémarre pour recommencer, il se met de nouveau sur le bas-côté quelques mètres devant moi, toujours en me regardant comme si j’étais une proie, comme si il aimait voir la « peur » et le malaise dans mes yeux.
Ce petit manège a duré quelques minutes, il a dû me dépasser une demi-douzaine de fois.

Autant vous dire que j’ai sérieusement commencé à flipper.
Surtout qu’à ce moment-là, j’habitais dans un quartier résidentiel, et la route pour y aller n’était pas énormément fréquentée, les piétons étaient rares (ce jour-là j’étais même la seule et l’unique), et il n’y avait aucun commerce susceptible de m’accueillir, moi et ma peur.
Au bout d’un certain temps (qui m’a paru une éternité), cet homme a décidé de partir, pour mieux revenir.
Je l’ai vu de loin, en arrivant chez moi, rouler tout doucement et regarder où est-ce que j’étais. Heureusement, il ne m’a pas vu.

Pour essayer de me rassurer, j’ai envoyé un message à un pote en lui expliquant rapidement l’histoire, et en lui demandant de rester en contact avec moi le temps que je rentre chez moi.

Une fois arrivée chez moi, en courant, je préviens mon pote que c’est bon je suis hors de danger. Et là, qu’est ce qu’il ose me sortir ?

« Non mais aussi, t’étais habillé comment ? »

Autant vous dire qu’il s’en ait prit plein la gueule. Et ce  n’est pas la seule fois où on m’a posé ce genre de questions qui vise à rendre coupable la victime.

 

Tout ça pour dire que c’est quasi systématique !
Et ce genre de phrases sort aussi bien de la bouche d’un homme que d’une femme hein !

FB_20151114_20_47_33_Saved_Picture.jpg

Et si je vous parle de tout ça, c’est pour une excellente raison !

Il y a quelques années, Jen Brockman et le docteur Mary A. Wyandt-Hiebert ont mis en place un projet artistique autour de cette question : What were you wearing ?

Un projet artistique rassemblant 40 récits de violences sexuelles, dont une partie a été exposée à l’Université du Kansas, où Mary A. Wyandt-Hiebert supervise toutes les initiatives du service de sensibilisation au viol.

L’habit n’est en rien responsable d’une agression.
Aucune jupe, aussi courte soit-elle, n’a jamais violée personne.

 

59bade511c0000240079e80c
Tu étais habillée comment? Un maillot de bain. On avait fait du canoë toute la journée sur la rivière. C’était vraiment super. Ils sont ensuite venus dans ma tente alors que j’étais en train de me changer.

 

Ça semble con à dire, j’en conviens, mais pourtant il est vraiment indispensable de le rappeler aux vues de ce genre de réflexions.

Les photos de cette exposition montrent bien que la tenue vestimentaire de la victime n’est pas un « appel au viol » comme on peut souvent l’entendre dire. Il y a tout types de tenues : du jean, des tee-shirts, des robes, des polos, des maillots de bain, etc.

wwyw-2
Tu étais habillée comment? Mon t-shirt jaune préféré, mais je ne me souviens plus quel pantalon. Je me souviens que je me sentais tellement perdue, que tout ce que je voulais, c’était sortir de la chambre de mon frère et continuer à regarder mes dessins-animés.

 

Un agresseur sexuel qui a envie d’agresser ne se formalise pas de la tenue de ses victimes. Ce qu’il veut lui, c’est juste faire subir un acte ignoble à une victime, voir la peur dans ses yeux, se sentir plus fort. que sa victime soit en jupe, en jean, en jogging ou déguisé en Casimir, c’est PAREIL.

(Evidemment, certains agresseurs auront des « préférences », voire se feront même un « devoir » de punir certains comportements, ce qui engendrent des agressions plus ciblées)

 

59badea21900003a00563d11
Tu étais habillée comment? Une robe d’été. Des mois plus tard, ma mère m’a reproché en regardant dans mon placard de ne plus mettre mes robes. J’avais six ans.

 

Mais même si un agresseur préférera une victime en jupe par exemple, LA VICTIME N’EST PAS COUPABLE D’AVOIR MIT UNE JUPE.

Le seul coupable est l’agresseur. Point. Aucune négociation possible. Pas de « oui mais ». Non non et NON.

Aucune victime n’a cherchée à se faire violer ou agresser sexuellement.

 

wwyw-ouv

Toutes les photos sont de Jennifer Prague.

 


S’il vous plait, si une victime vient vous voir, essaye de vous parler de ce qu’il lui est arrivé, s’il vous plait, réfléchissez aux mots employés, au ton, à la forme, à tout. Et si vous ne savez pas quoi dire, soyez juste là pour écouter.
Cette personne a besoin de mettre des mots sur ses maux, de verbaliser ce qu’elle a subi, de se sentir écouter et comprise.

 

 

Et n’oubliez pas, 1 femme sur 10 a été violée ou le sera au cours de sa vie.

1 femme sur 10. C’est ÉNORME. C’est peut-être votre mère, votre sœur, votre meilleure amie, vous-même, votre fille, votre grand-mère, votre patronne, etc. Bref ça peut être tout le monde.
Alors comme on dit : « ne fait pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse« , je dirai même mieux pour cette situation « ne dit pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te dise« .

 


Merci les Mimoush pour votre attention tout au long de cet article.
Belle journée à vous 😘

 

 


Quelques ressources supplémentaires :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s